George Hilton

BIOGRAPHIE

De son nom de naissance Jorge HILL ACOSTA Y LARA est un acteur britannique d'origine uruguayenne est né à Montevideo (Uruguay).


Au début des années soixante, Jorge vient tenter sa chance en Italie avec la ferme intention de trouver rapidement du travail. L’industrie cinématographique romaine, alors en pleine effervescence et toujours à la recherche de nouveaux talents, remarque le beau ténébreux doté d’une carrure athlétique. Il décroche le rôle principal dans «Uomo mascherato» (1964) de Vertunnio De Angelis. Il profite de l’occasion pour, comme tant d’autres, d’américaniser son nom en George Hilton. Il enchaîne les films à un rythme phénoménal et devient une star des films italiens de série B, avec une préférence pour les westerns spaghetti. Souvent, il a l’occasion de donner la réplique à d’anciennes gloires hollywoodiennes ou à des vedettes européennes en perte de vitesse. Citons : Gilbert Roland dans «Je vais, je tire et je reviens» (1967), Sandra Milo dans «Pour un dollar, je tire» et Ernest Borgnine dans «Les quatre desperados» (1969).


Dans les années soixante-dix, George Hilton ne ralenti pas la cadence. Il reste une star très populaire sur la péninsule italienne et ses films sont souvent de gros succès. Il est certes moins célèbre en Europe que Terence Hill ou Franco Nero qui jouent les rôles de bons cow-boys. George préfère les interprétations plus troubles de beau gaillard au sourire ravageur mais à l’âme vénale, notamment dans : «Deux salopards en enfer» (1970) de Tonino Ricci et «Les deux visages de la peur» (1972) avec Fernando Rey et Luciana Paluzzi. Il partage aussi plusieurs fois l’affiche avec la ravissante Edwige Fenech dans une série de films mettant surtout en scène les charmes de la belle actrice.


Wikipedia

FILMOGRAPHIE

Année Titre Disponibilité FR
1966 I Due figli di Ringo de Giorgio Simonelli
Néant
1966 Le temps du massacre de Lucio Fulci
1967 Poker au colt de Giuseppe Vari
Néant
1967 Professionnels pour un massacre de Nando Cicero
1967 Le Harem de Marco Ferreri
Néant
1967 Je vais, je tire et je reviens de Enzo G. Castellari
1968 Sept minutes pour mourir de Ramon Fernandez
1968 L'adorable corps de Deborah de Romolo Guerrieri
1968 Pour un dollar je tire de Osvaldo Civirani
Néant
1968 Les rendez-vous de Satan de Giuliano Carnimeo
1968 Le moment de tuer de Giuliano Carnimeo
Néant
1968 La bataille d'El-Alamein de Giorgio Ferroni
Néant
1969 Los Machos de Giovanni Fago
1969 Sept hommes pour Tobrouk de Mino Loy
1969 Chacun pour soi de Giorgio Capitani
1969 Deux salopards en enfer de Tonino Ricci
1970 Django arrive, préparez vos cercueils... de Giuliano Carnimeo
1970 L'étrange vice de Madame Wardh de Sergio Martino
1971 Pile je te tue, face tu es mort : on m'appelle Alléluia de Giuliano Carnimeo
Néant
1971 La queue du scorpion de Sergio Martino
1971 Le diable à sept faces de Osvaldo Civirani
Néant
1972 Les deux visages de la peur de Tulio Demicheli
1972 Folie meurtrière de Tonino Valerii
1973 L'assassino à costretto ad uccidere ancora de Luigi Cozzi
Néant
1973 Fuori uno sotto un altro arriva il passatore de Giuliano Carnimeo
Néant
1973 Sept heures de violence de Michele Massimo Tarantini
1974 Trinita, une cloche et une guitare de François Legrand
1974 Toutes les couleurs du vice de Sergio Martino
1975 Ah si ? ... E io lo dico a Zzzorro ! de Franco Lo Cascio
Néant
1977 Le justicier défie la ville de Carlo Ausino
1977 La toubib se recycle de Michele Massimo Tarantini
1978 Coup de gueule de Gianni Martucci
Néant
1983 Les prédateurs du futur de Ruggero Deodato

Enregistrer un commentaire

 
Support : Creating Website | Johny Template | Mas Template
Copyright © 2015. La Vidéothèque du Bis - All Rights Reserved
Template Created by Creating Website Published by Mas Template
Proudly powered by Blogger